Quid de la crise financière de 2008 à ce jour, en Europe et en France ?

De nos jours, la crise financière se démarque surtout par une situation boursière en chute. On peut également noter, la baisse conséquente de la demande immobilière causant une diminution des prix et ainsi, une immobilité du marché interbancaire. Ce qui engendre de nombreux chocs qui vont impacter sur les comportements à la consommation, mais aussi, dans les décisions d’investissements des professionnels non financiers et sur la production.

Situation en Europe

Récemment, la bonne conjoncture économique d’après 2008 a contribué à apaiser les crises. Ainsi, tous les sous-secteurs sont en cours de progression et la reprise est presque homogène. Le bâtiment augmente de 1,2 % en 2014 et de 1,9 % en 2015. Une progression qui continue jusqu’à 2017. Concernant la répartition géographique de la reprise, il a été constaté que l’Europe du Nord (Allemagne, Norvège, Danemark) est moins affectée par la crise que l’Europe du Sud (Espagne, Portugal, Italie). Pour l’Europe du Sud, cette amélioration est à relativiser, car ces pays partent d’extrêmement bas, étant très affecté par les différentes crises qui se sont succédées. À titre d’exemple, nous évoquerons également ci-après le taux de prévision d’évolution pour 2014, 2015, 2016 pour l’Espagne et l’Italie. En Espagne, les prévisions pour les taux d’évolution de 2014, 2015, 2016 sont respectivement de -5 %, +0,9 %, +3,4 %. Pour l’Italie, ce rebond est assez significatif avec +0,2 % en 2014, +1,0 % en 2015 et +1,7 % en 2016.

Le cas de la France

Concernant la France, le bilan de la situation d’après crise de 2007 affirme globalement que la France a connu un reflux de 16,6 % en volume. La véritable origine de ce rebond est essentiellement effectuée par l’État, qui a pris de nombreuses mesures d’urgence pour soutenir l’investissement des particuliers, des entreprises et des collectivités locales, et qui se sont vu matérialiser en créant un Fonds stratégique d’investissement national et en mettant en place un plan qui permet le financement des PME. Mais également, l’état a mis à disposition des collectivités locales, un prêt à hauteur de 5 Md€ et a également assigné des mesures pour soutenir les activités économiques. Par ailleurs, il a mis en place un plan de soutien pour les banques en vue d’une facilitation de l’accès au crédit pour les ménages, les professionnels ainsi que les collectivités locales. Parallèlement, l’État a procédé à l’achat de 30 000 logements dans un partenariat avec les institutions en charge des logements locatifs sociaux. Ainsi, malgré la conjoncture macro-économique défavorable de 2009, l’activité des entreprises de construction n’a baissé que de 3.6 % en volume et l’impact sur l’emploi ne concerne qu’environ 45 000 personnes durant la crise.

Leave comment

Your email address will not be published. Required fields are marked with *.